Avec la propagation du coronavirus, de nombreux endroits du monde entier, y compris la France, ont pris la mesure du confinement. Plusieurs personnes sont séparées de leurs amis et familles. Cette distanciation peut être insupportable jusqu’à conduire à des troubles psychiques. L’ennui, le stress, la dépression, l’anxiété accrue, l’insomnie… sont tous des conséquences du confinement. Suivez les explications.

Le lien entre l’isolement social et les troubles psychiatriques

Si des preuves concrètes ne sont pas encore apportées par rapport aux liens ente le confinement et la santé mentale, d’autres études ont déjà abordé la présentation de symptômes psychotiques face à différents types d’isolement social.

Toutefois, des études entreprises sur des petits groupes de personne ont été effectuées afin d’analyser les effets du confinement. Ont été trouvés l’accroissement de la paranoïa et des hallucinations chez ces sujets. Cela peut s’expliquer, entre autres, par la déprivation sociale et sensorielle qui dérange les stimulations sensorielles du cerveau. Les personnes qui vivent dans des logements de taille réduite comme les étudiants ou encore les personnes âgées forment les personnes les plus à risque.

Accentuation de l’anxiété

Des études ont démontré que le confinement a augmenté l’anxiété et la dépression chez la population. Des enquêtes effectuées ont détecté des signes de trouble psychologique chez de nombreuses personnes. L’isolement social, la sensation de solitude, l’inquiétude par rapport à sa santé, le stress face à la situation économique… tous ces phénomènes ne font qu’empirer la santé mentale de la plupart d’entre nous.

Comme on perd le contact avec la réalité à l’extérieur, les médias forment la première source d’information. Or, ils diffusent surtout des nouvelles relatives à l’épidémie. Ce qui ne fait qu’accentuer les troubles anxieux. De ce fait, ce serait mieux de se référer uniquement à des sources fiables et de réduire le suivi des informations.

L’ennui

Pour plus de positivité, notre personne cherche quotidiennement des expériences positives et des défis personnels pour pouvoir utiliser nos compétences et ressentir une satisfaction après les avoir relevés. Ainsi, ces accomplissements nous fournissent une sensation de bonheur. Mais comme le confinement limite les activités auxquelles nous pouvons nous adonner, un sentiment d’ennui est généré.

De plus, avec l’ennui, nous ressentons facilement les émotions négatives voire les sensations de frustration, d’insatisfaction, et de colère. En conséquence, cela nous amène à des comportements impulsifs et agressifs. Afin d’y remédier, il est crucial de toujours se fixer des défis et de s’adonner à des activités stimulantes comme la lecture, la musique, et autres.

Les troubles du sommeil

Avec une perturbation de nos modes de vie, les rythmes biologiques et notre sommeil ne sont pas épargnés. Il est à noter que notre système veille-sommeil est organisé chaque jour en deux processus : la pression du sommeil ainsi que le système circadien dépendant de l’horloge biologique. Lorsque ces deux processus sont équilibrés, ils nous assurent une qualité de veille et de sommeil. Ils se basent sur des paramètres environnementaux comme l’exposition à la lumière du jour ainsi que les activités physiques.

Lors du confinement, ces paramètres sont grandement modifiés. Ce qui altère notre rythme veille-sommeil. On fait face à des difficultés pour s’endormir ou bien une somnolence en pleine journée. Ainsi, afin d’y faire face, il est important de respecter les horaires de lever matinal, de prendre des repas régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *